SEMAINE PASCALE

Publié par Christiane FOURNIER le

Les « Ratscher » ont sonné l’angélus !

A Saessolsheim, les « Ratch » sont aussi indissociables de la tradition pascale que l’œuf de Pâques. Rendez-vous annuel singulier pour les jeunes Saessolsheimois…

La joyeuse troupe de Saessolsheimois.

Au cœur de la joyeuse troupe progressent les chefs, qui veillent scrupuleusement à la bonne marche de leur tribu et donnent la cadence le long des ruelles du village au rythme de leurs traditionnels sifflets. Les « anciens » conservent toujours ce regard bienveillant, un œil fraternel, sur les plus jeunes. Ce lien immuable dans les rangs reste perceptible et se transmet de génération en génération. Ils sont unanimement animés par la même ferveur : celle de perpétuer fièrement cette tradition ancestrale au sein du village.

Cette coutume, étroitement liée à la croyance, veut que, lors de la semaine sainte , en signe de pénitence et de deuil, les cloches se taisent après le Gloria de la messe de la sainte cène jusqu’au matin de Pâques où elles carillonnent joyeusement la résurrection du Christ. Elles sont supposées être parties en voyage à Rome pour recevoir la bénédiction papale et ne reviendraient que pour la messe du dimanche de Pâques.

En chantant en dialecte
C’est pourquoi, les vendredi et samedi saints, à Saessolsheim comme dans d’autres villages d’ailleurs, les cloches, considérées comme des signes d’allégresse, restent muettes. Afin de pallier leur absence, les enfants et adolescents de Saessolsheim se rassemblent en une joyeuse troupe et arpentent, « Ratsch » à la main, au grès des rues et ruelles du village en chantant en dialecte pour marquer l’angélus du matin, le midi et l’angélus du soir. Et quand les cloches reprennent du service lors de la nuit pascale, les crécelleurs cessent le leur.

Les « Ratsch » désormais méticuleusement rangées pour une année, cette tradition se termine le matin du lundi de Pâques où il est de coutume que les intrépides crécelleurs quêtent, de porte-à-porte, dans le but de collecter les fruits de leurs efforts, de généreuses offrandes que les villageois veulent bien leur offrir en guise de remerciement du service accompli. Ces cadeaux se présentent sous d’innombrables formes : œufs, chocolats ou autres confiseries voire pièces de monnaies.

Il paraît que la tradition des « Ratscher » se perd peu à peu… mais pas à Saessolsheim où les jeunes générations perpétuent la coutume avec fierté sous les yeux des villageois qui, le temps d’une période, se remémorent leurs souvenirs d’antan.

https://youtu.be/OLVtAg17AiM

Catégories : Recueil