Fermeture des marchés : « On tiendra deux, trois semaines grand maximum »

Publié par Alvin NORGE le

Avec la fermeture des marchés de plein air pour cause de coronavirus, les professionnels se retrouvent pris de court. Pour le boucher-charcutier Le Landhof, par exemple, qui fait l’essentiel de son chiffre d’affaires sur les marchés, la situation est grave. Fabien Koebel, dont l’entreprise basée à Saessolsheim fait circuler ses camionnettes jusqu’à Strasbourg, envisage le chômage partiel. Il comprend et accepte les mesures de confinement. Mais à l’approche de Pâques, d’ordinaire la haute saison pour les bouchers-charcutiers, il craint pour la survie de son entreprise.

Catégories : Actualité